logo

Communication stoppée ? Vos concurrents vous remercient d’avance !

Communication stoppée ? Vos concurrents vous remercient d’avance !

Pendant une crise, peut-on imaginer rompre les contacts avec ses clients ?

En pleine crise, les marques de santé, comme toutes marques d’ailleurs, doivent réagir vite et communiquer pour entretenir la mise à l’esprit.
Et bien sûr, les marques qui auront maintenu un lien étroit et utile avec leurs clients prendront logiquement une longueur d’avance sur leurs concurrents.  En revanche, rester silencieux est le meilleur moyen de disparaître de l’esprit des clients qui attendent en ces temps difficiles
un support et de la proximité.

Bons nombres de nos clients, fort heureusement, entretiennent cette relation, soit en s’impliquant directement, notamment dans la fabrication
de  masques ou de gel, soit tout simplement en apportant leur service et leur support aux professionnels de santé. Et même si en BtoB, les actions terrains sont plus difficiles, les forces de vente, même confinées, doivent rester en contact avec leur client.  Ce que font naturellement certains commerciaux avec lesquels nous nous sommes entretenus, qui ont déjà commencé à tisser une relation de confiance avec leurs clients, certes différente mais vraie et humaine.

Après une crise, peut-on imaginer ne plus communiquer ?

 

Nous constatons déjà, ici ou là, que dans certains laboratoires la sentence est tombée : les budgets marketing sont coupés, ce qui entrainera certainement des conséquences lourdes sur les résultats.
Une décision impensable car comment imaginer rattraper ses objectifs  en se privant de sa principale machine à vendre qu’est le marketing ?
En temps normal, déjà, la bataille commerciale est rude. Mais en ces temps difficiles, chaque coupe budgétaire sur une marque est une nouvelle opportunité de conquête pour les concurrents. Laisser sa place c’est céder du terrain.
Certains laboratoires sont « patient-centric »,  d’autres « client-centric »… quoi qu’il en soit « être centric » ce n’est pas arrêter sa relation de proximité au premier coup de vent… car ni une pathologie, ni le travail d’un médecin ne s’arrête pendant et encore moins après une crise.
Les patients et les médecins ont toujours besoin des laboratoires et des traitements.

Il serait facile de nous taxer d’opportunisme commercial en lisant ces propos… néanmoins, si nous lançons ce cri d’alarme, c’est parce que nous ne voulons surtout pas être témoin de la déroute des marques par absence de communication post-crise. Car si un laboratoire se ferme la porte de la communication, il ne pourra pas passer par la fenêtre de tir de la post crise, une vraie opportunité de business dont ses concurrents profiteront certainement !

 

0 Partages